Pai

Nous voilà à Pai dans la montagne après un voyage de 4h en minibus conduit par un fou qui double n’importe où dans la fameuse route aux 1846 virages en 170km ! Route néanmoins magnifique avec ses superbes panoramas découverts au hasard d’un virage en épingle ou du franchissement d’un col. Paysage karstique  composé de collines calcaires recouvertes d’une épaisse végétation,  plus sèche que jungle, et sillonné de vallées torturées erodées par l’action de multiples rivières.

Pai (prononcez « baille ») est un gros village cosmopolite bourré de farangs (les occidentaux) de type néo-hippies-baba-cool et autres rastas… Nombreux sont ceux qui racontent que dans les années 70 c’était vraiment roots, et que c’est plus ce que c’était ! Il n’y avait peut être pas ces hordes de jeunes chinoises qui passent leur temps à se selfiser, en brandissant la cane adaptée. Le soir les rues du centre sont fermées à la circulation, pour laisser place à une myriade de stands de souvenirs, vêtements,  oeuvres d’art et surtout de street-food créative (avocats, brochettes de poulet au barbecue cuit autour de la branche de citronelle, infusions diverses servies dans des morceaux de bambou, lasagnes aux épinards (et au piment), et même des khebabs…). L’ambiance est vivante et bon enfant, il y a des bars musicaux dans tous les coins. Globalement on trouve plus de guesthouse que d’habitations, les habitants vivants dans les nombreux petits villages qui émaillent la montagne.

Nous trouvons un petit hôtel zen et nature comme on les aime, de l’autre côté de la rivière au milieu de la campagne calme et silencieuse, autant que peut l’être la nature tropicale avec ses insectes, oiseaux et grenouilles diverses.

 

Et on se sent plus joyeux qu’en ville !

dsc_1168

 

Alors nous louons un scooter pour aller nous perdre par les routes (en tant que professionnel,  je dirai plutôt des chemins, même celles en béton, finalement les plus tape-cul à cause des trous). Le hasard qui veille sur nous, pense aussi qu’à Pai c’est le meilleur moyen de découvrir la nature sauvage ou rustique… et les paysages les plus enchanteurs.

dsc_1246

Et, au hasard des chemins empruntés en motorbyke,  nous découvrons ce délicieux pont en bambou tressé qui mène du village au temple « bamboo trail temple » en serpentant au milieu des rizières  (hélas à sec en cette saison…) servant de pâturage aux buffles des villageois.

dsc_1183

dsc_1211

20170121_211303

Un grand moment du voyage, notamment par le sérénité du temple très simple, sans dorures, au stuppa en galets de la rivière voisine et au Bouddha à l’index dressé.

Des sources chaudes où ne pas mettre la main pour voir si c’est vraiment chaud !!! Expérience cuisante !

Nous n’aimons pas le spectacle de ces malheureux éléphants enchaînés au plaisir des touristes, et qui font des embouteillages sur la route…

Champs de canne et gros blocs rocheux

Un temple au Bouddha blanc visible de toute la région, et au Bouddha couché de style naïf.

Et un traditionnel coucher de soleil derrière les montagnes.

 

Aujourd’hui on s’aperçoit que le bus pour repartir demain est complet, que l’hôtel à prolonger d’une nuit, l’est aussi, et qu’il nous faut une chambre pour demain, que la Wifi de l’hôtel est en panne et qu’on ne peut pas réserver d’hôtel pour la suite à quelques jours du nouvel an chinois… 

Bref journée au bistrot (pour la wifi…) à trouver un autre hôtel,  à réserver pour Chiang Rai la prochaine étape,  pour Pakbeng où on veut faire étape au milieu de la croisière sur le Mékong,  pour Luang Prabang au Laos, un billet d’avion vers Angkor… hips !

Et ce soir ça remarche à l’hôtel, alors j’en profite pour bloguer ! Demain scooter dans la montagne !

2 réflexions sur “Pai

  1. Ah oui ! C’est à Chang Rai le magnifique temple blanc… Et vous aller arriver au milieu du Triangle d’Or entre les trois pays. Il y a même un musée qui garde en mémoire cette époque avec des photos jaunies, des coussins usés et des jolies pipes à opium. En revanche, aujourd’hui, c’est hyper contrôlé et les Thaïs ne rigolent pas avec ça. La reconversion a eu lieu dans le feu et le sang. Vous allez remonter dans le temps… et les romans d’aventure du temps de l’Indochine.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s