Luang Prabang (suite)

Dernière journée à Luang Prabang, promenade de l’autre côté de la rivière…

…vers des villages de niveau sociaux différents : de belles maisons…

…et des villages plus populaires…

…où nous arrivons à la sortie de l’école où des enfants joyeux et dynamiques gloussent après nous avoir dit « hello », ou « sabaïdi ».

Et retour vers Luang Prabang par un autre pont de bambou.

20170204_150545

 

Flâner dans les rues entre les maisons coloniales et tester le jus de rosella (de la famille des hibiscus) à la citronelle.

 

Puis flâner dans les quartiers sud très populaires où les belles maisons côtoient les cases les plus vétustes et dessinent un tissus urbain bigarré où la mixité sociale semble facile (d’ailleurs au Laos tout semble facile).

Une mention particulière pour la pétanque dont les laotiens se demandent encore pourquoi ce n’est pas eux qui l’ont inventée… et pour les seuls flics que l’on ait croisés en 4 jours et qui prennent le café en short devant le panneau « The police office is at your service » !

dsc_0404

 

Nous passerons un moment magique sur le bord du Mékong avec toute une population qui joue sur la bande de sable, certains pêchent, lavent leur moto, taillent la bavette… Mais tout le monde est tranquille, serein, apaisé… en harmonie avec les couleurs pastelles du couchant ! Un vrai moment d’éternité dans l’instant !

dsc_0442

dsc_0410

« Les soleils couchants revêtent les champs, les canaux, la ville entière,  d’hyacinthe et d’or ; le monde s’endort dans une chaude lumière.  »

Puis on s’offre un menu dégustation végétarien dans un restau haut de gamme tout en finesse delicate (merci Lili pour l’adresse, l’hôtel était complet, mais le restau valait le déplacement). Le lieu est magique et mystérieux, un petit paradis blotti autour de ses étangs, après les rues bruyantes et poussiéreuses.

 

Au revoir Laos, la visite était trop courte, nous reviendrons pour la douceur de vivre, la sérénité, la paix générale et le rire facile des laotiens rencontrés.

Publicités

4 réflexions sur “Luang Prabang (suite)

  1. Ça me rappelle les coins perdus de Madagascar. Des gens qui n’ont rien, mais qui passent seulement deux heures par jour à pêcher et cueillir… puis le reste de la journée à rire et s’amuser ! Ça relativise la notion de bonheur ! Vivement la semaine de 10 heures !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s